Home



vendredi 17 juillet 2015

Grey, un regard qui montre bien que le monde et les gens sont faits de nuances


  
                 Ce regard perçant nous invite à entrer dans le premier volet de la trilogie consacré au point de vue de Grey. On aurait pu craindre une redite sans grand intérêt et purement commerciale puisque l'histoire est connue des lectrices et qu'il n'est pas rare de voir un auteur surfer sur la vague du succès quitte à en épuiser le filon. Il n'en est rien. Ce début de trilogie nous permet de revivre les moments les plus cocaces et intenses de la relation naissante entre Grey et Anastasia, nous offrant nombres de perspectives inattendues. L'humour y tient toujours une grande place, d'autant plus que Christian se trouve à plus d'une occasion dérouté par les propos ou réactions d'Anastasia. Même si cela prête à rire ces épisodes sont également touchants car ils révèlent un Christian blessé et qui au final apprend à se connaître. Ainsi, entrer dans son esprit se révèle très intéressant. Nous voyons l'ampleur de l'évolution de Christian, qui passe du prédateur cherchant une nouvelle proie à dominer et avec laquelle jouer, à l'homme s'ouvrant aux sentiments, au ressenti, dans une véritable relation équilibrée. Cette évolution est d'autant plus mise en perspective que nous savons déjà ce qui arrive au-delà de ce premier tome. Même si  ses pulsions dominent encore ses actes il n'en demeure pas moins qu'un changement s'opère chez cet être torturé. Il découvre dans cette relation un "espace de jeux" bien plus passionnant et varié (bien que déroutant) que sa "salle de jeux". Il perd ses repères et en change pour le plaisir d'Anastasia, et le nôtre! A 'dévorer' si, comme Anastasia, vous êtes insatiable!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire